L’action publique de Paco Peña Díaz commence dans les réseaux sociaux et médias,…
…Avec l’intention que cet espace soit un émetteur et pour se faire écho d’événements, d’actions et de réflexions propres et d’autrui qui soient d’intérêt pour quelqu’un ou pour personne. Tout cela centré sur l’art et la création.

Pour commencer, je vais parler de…
Le marché de l’art espagnol à l’heure actuelle,

Pour se développer au niveau économique, avec de la liberté, se définir comme un secteur important en Espagne et occuper sa place dans la scène internationale, le marché de l’art espagnol a besoin de former et éduquer les nouvelles générations, qui doivent occuper cette partie du système qui est le consommateur d’art. Il est nécessaire d’insuffler une vitalité que l’on trouve dans les créateurs et intermédiaires de l’art. Tout cela vu la demande économique d’oeuvres d’art en Espagne, laquelle diminue de plus en plus. La situation actuelle ne peut pas juste élaborer des stratégies d’amélioration pour stimuler les mouvements du marché à court terme, mais elle doit aussi préparer une façon d’agir avec des conséquences à long terme.

Nous sommes là pour éduquer, le fait de vendre comme une nécessité logique de subsistance est une conséquence, et il est vraiment nécessaire de captiver les petites générations sur l’importance et l’intérêt de posséder un patrimoine culturel, que ce soit publique ou privé, pour développer la culture dans un État et pour que celui-ci trouve sa place au niveau international.

Je dois insister sur le fait que l’on ne doit pas juste avoir un patrimoine historique, mais aussi la capacité de pouvoir le générer dans n’importe quelle situation.

En Espagne, cette partie de la société qui a des inquiétudes artistiques, comme les consommateurs d’art, reste très reduite par rapport à la tradition qui existe dans d’autres pays de l’Europe occidentale; elle doit être augmentée pour construire un futur solide en Espagne. Les différentes couches sociales, avec leur capacité et leur souhait de faire partie du patrimoine culturel de l’État sont le combustible le plus efficace pour activer des flux économiques dans le monde de l’art d’une manière persistante.

On ne doit pas espérer que cet investissement commence par les différents services publics. C’est une grande entreprise qui demande d’une responsabilité et d’un engagement réels et qui doit commencer par les professionnels de l’art; autrement, et en ce qui concerne le devenir des besoins politiques, cet investissement court le risque de s’éteindre. L’engagement doit alors surgir d’une action des différents acteurs du monde de l’art, on doit évaluer le contexte et développer des stratégies pertinentes.

Pour en finir, juste une petite anécdote: comment une petite fille, sans rien savoir sur l’art, a découvert dans une de mes oeuvres quelque chose que personne n’avait pas vu, c’est-à-dire, des éléments en commun avec un autre artiste que j’avais visité dans un musée. Elle m’a aussi donné un avis très analytique et sincère de ses oeuvres; elle a vu, elle a compris ce qu’elle voyait et elle a élucidé son univers de l’art, pour être, d’une certaine manière, une future dévoratrice d’art.


blog comments powered by Disqus